La Liseuse - Georges Appaix

 

 

Accueil > La compagnie > La danse > Le mouvement

Le mouvement

Les textes sont écrits, empruntés à des auteurs ou rédigés au sein de la compagnie, proposés par moi ou par les danseurs mais ils sont, en tout cas, très vite stables. Le mouvement, par contre, et plus encore ces derniers temps, trouve souvent sa forme à travers l’improvisation.

Cela passe par un travail d’atelier et un canevas précis, une structure très contraignante - qu’elle s’applique à I’espace, au dialogue, aux rapports avec le son... J’essaie de mettre les interprètes dans une situation de déséquilibre, de quête, une situation qui n’est pas faite pour décrire des états psychologiques mais pour créer des états d’intranquilité. C’est aussi une manière d’être entre les choses, entre la danse et la voix, entre le langage parle et le chant, entre danser et ne pas danser.
En fait, tout cela, c’est du mouvement. Tout ce qui élargit l’espace des interprètes sur la scène, leur espace physique, mental, leur expression, est intéressant, et cela agrandit en même temps les possibilités de perception du spectateur.
Oui, tout ce qui dilate est bon à prendre. Cela pousse aux opérations de combinaison. Les choses avancent et en même temps, se déplacent sur le côté, forment des figures... Dans ma tête, ça a parfois à voir avec la géométrie, peut-être à cause de mon histoire.... Quand je pense au mouvement, j’imagine des nappes qui se déplacent. Quand je raconte une histoire sur scène, c’est forcément quelqu’un qui bouge, qui avance : c’est comme un vecteur mathématique, un segment orienté. Et si cette histoire, par surcroît, change de langue d’un interprète à l’autre, ou si quelqu’un traduit, ça se déplace dans l’autre sens, on ouvre une deuxième dimension, concomitante à la première, et si la danse s’en mêle, ç’en est une troisième... Le mouvement devient exponentiel : un hyper-mouvement des corps, des perceptions, des sensations !

Entretien avec Georges Appaix par Christine Rodès (extraits), revue La Pensée de Midi, "Création(s), la traversée des frontières", n°2, sept. 2000.